Questions

Partager

Question de Marin (37 ans)

La question : Je suis manipulateur en radiologie médicale, est-ce compatible avec le port d'une pompe à insuline ?

Réponse du diabétologue

Oui car vous n’êtes pas directement exposé aux rayonnements : il suffit de suivre les règles de sécurité en vous mettant en zone protégée au moment des examens. En revanche, vous ne devez à aucun moment rentrer dans une salle d’IRM avec votre pompe, celle-ci risquant d’être définitivement endommagée.

Question de Brigitte (56 ans)

La question : Bonjour, pour mon activité je dois aller dans des chambres de congélation à -20°C . Est-ce que la pompe fonctionne à des températures négatives extrêmes ?

Réponse du diabétologue

La pompe fonctionnera à condition que vous la gardiez bien sous vos habits à l’abri du froid : les habitants du Canada utilisent des pompes à insuline même par des températures encore plus basses ! En revanche il faut bien faire attention à ce que l’insuline ne gèle pas, y compris dans la tubulure si votre pompe n’est pas une pompe patch : il ne faut pas que la tubulure dépasse de vos vêtements et il faut bien la garder enfouie sous vos habits sur toute sa longueur et à tout moment.

Question de Dimitri (38 ans)

La question : Je suis diabétique de type 1 sous injections au stylo. Je vais bientôt passer sous pompe. Je souhaiterais savoir comment trouver un centre initiateur de pompe près de chez moi.

Réponse du diabétologue

La prescription d’un traitement par pompe à insuline externe doit être faite par un spécialiste en Diabétologie. L’initiation se fait effectivement dans un centre expert initiateur. Votre médecin, prescripteur de la pompe, vous donnera les coordonnées du (des) centre(s) initiateur(s) avec qui il travaille. Les centres initiateurs répondent à un cahier des charges précis mais il n’y a pas de liste répertoriant ces centres à ma connaissance.

Question de Nicole (62 ans)

La question : Je pars en Californie prochainement, y-a-t-il des réglages spécifiques à faire sur ma pompe à insuline ?

Réponse du diabétologue

Il faut simplement modifier l’horaire de la pompe et la mettre à l’heure locale, à l’aller et au retour en raison du décalage horaire. Ainsi, il n’y aura pas de modification des différents segments de débit basal éventuellement programmés dans la pompe.  

Question de Hélène (48 ans)

La question : Quel est le moment optimal pour changer l'heure de sa pompe à insuline lors du passage à l'heure d'été (et vice-versa), c'est mieux de la mettre à l'heure la veille ou le matin en se levant ?

Réponse du diabétologue

En réalité, puisque le changement d'horaire n'est que d'une heure, la différence de dose administrée est négligeable. Donc faites comme vous voulez.

Question de Sophie (54 ans)

La question : J'aimerais participer à des séances de kiné en balnéothérapie. Malheureusement, lorsque je reste dans l'eau qui est chaude le cathéter se décolle. J'aimerais savoir si il n'y a pas une solution autre que les " Tegaderm " auxquels je fais une allergie mais aussi qui font comme de la buée qui mouille le cathéter et donc le décolle.

Réponse du diabétologue

Posez la question à votre infirmière préférée. Sinon, tentez d'utiliser un pansement " Opsite ". Et bonne balnéothérapie !

Question de Jacqueline (58 ans)

La question : Je suis sous pompe à insuline depuis 2 mois et les résultats de ma glycémie sont catastrophiques. Le schéma basal a été modifié il y a un mois avec l’aide d’une infirmière de la Pitié Salpétrière. Quelles précautions faut-il prendre au niveau de la tubulure afin d’être certain que l’insuline circule bien ? Est-ce que le cathéter peut -être placé dessous une ceinture de vêtement ? La tubulure doit-elle être libre de toute contrainte ?

Réponse du diabétologue

Les précautions d’ordre technique concernant la perfusion et diffusion de l’insuline sous pompe externe sont : - L’insertion du cathéter dans une zone exempte de lipodystrophie qui rend la diffusion de l’insuline aléatoire - L’insertion du cathéter en sous cutané avec une technique correcte (pour éviter par exemple que la canule – partie sous cutanée du cathéter-  ne se coude ou se mette en accordéon) et un cathéter adapté à la morphologie de chacun - remplir le réservoir doucement et avec une insuline à température ambiante pour limiter la formation de bulles a postériori dans le réservoir et purger la tubulure puis la canule. En effet l’air prendrait la place de l’insuline et vous ne recevez pas la totalité de la dose programmée par exemple. - la canule et la tubulure doivent être libres de fortes contraintes mais le cathéter est assez souple et résistant généralement. Un cathéter placé juste au niveau de la ceinture est exposé à un risque accru d’inflammation au point de ponction qui générait la diffusion de l’insuline. Certains accessoires facilitent le port de la pompe et sont proposés par les prestataires. - Les pompes à insuline sont des outils de précision mais on ne peut jamais être totalement sûr de la diffusion parfaite et permanente de l’insuline dans la tubulure. Il peut y avoir aussi des lots de cathéters « défaillants »  mais en général, un accident technique entraîne une hyperglycémie plutôt aigue. Il est donc important de poursuivre l’ajustement des doses d’insuline si les résultats glycémiques sont jugés insuffisants et si besoin de contacter le médecin qui a posé l’indication de la pompe. Question initialement posée en janvier 2016 mise à jour janvier 2018

Question de Françoise (60 ans)

La question : A quel endroit porter ma pompe patch (bras, ventre…) ?

Réponse du diabétologue

La pompe patch a les mêmes sites d'injection que la pompe traditionnelle : ventre, hanches, bras et cuisses. La préconisation est de le mettre dans le sens vertical pour les bras et horizontal pour le ventre. Les zones des bras et des cuisses sont moins fréquemment utilisés que l'abdomen mais cela peut être intéressant de réessayer ses zones par exemple les bras en hiver quand on a des vêtements avec des manches et les cuisses quand on porte une robe.  Il existe des brassards "scratch" pour éviter les risques d'arrachement.

Question de Patricia (- ans)

La question : Je suis diabétique insulinodépendante depuis mai 2009. Je souhaiterais savoir si le traitement par pompe est possible en cas de pancréatectomie ?

Réponse du diabétologue

Le traitement par pompe à insuline externe est indiqué (Société Francophone du Diabète, 2009) et pris en charge (Journal officielle de la République Française, 2000 et 2006) dans le diabète de type 1 ou 2 non équilibré par les multi injections sous cutanées. Le diabète post pancréatectomie est assez souvent « instable » avec de faibles besoins en insuline et des hypoglycémies parfois difficiles à contrôler par les multi injections et pouvant justifier d’un traitement par pompe.

Question de Maryse (- ans)

La question : Je suis satisfaite de ma pompe mais je souhaiterais savoir si la pompe est à vie ?

Réponse du diabétologue

La poursuite du traitement par pompe est conditionnée par la réévaluation annuelle du rapport bénéfice / risque. Il peut donc être poursuivi ainsi à vie si ce rapport est favorable. Des interruptions temporaires sont possibles (choix personnel, vacances, etc). Des interruptions de pompe avec reprise des multi injections sont envisagées en l’absence de bénéfice, en raison d’une prise de risque excessive d’acidocétose, par simple préférence ou, par exemple, en cas de perte d’autonomie du porteur de pompe ne lui permettant plus de la gérer en toute sécurité.