Question de : Claire (32 ans)

Partager
La question :

Grâce à l’émission Magazine de la Santé (France 5), j’ai enfin pu découvrir le fonctionnement de la pompe sur une jeune femme de mon âge (d’ordinaire, on nous montre toujours des personnes de 50 à 70 ans, en surpoids, et qui ne font pas d’activité physique). Elle témoignait de l’oubli de la pompe car tellement discrète. Mais si la pompe est si discrète par sa praticité, elle n’en reste pas moins un traitement par injection, et vous précisez bien que cela reste malgré tout une surveillance plus stricte que les injections au stylo.

Quels réels bénéfices y-t-il au quotidien, finalement ? Tout dépend de chaque cas ?

Réponse du diabétologue

La pompe à insuline est effectivement un outil de perfusion au service et aux mains du patient diabétique. L’autosurveillance glycémique nécessaire pour ajuster les doses d’insuline sous pompe ou sous multi-injections est d’environ 4 par jour. Cette autosurveillance sous pompe sert également à dépister tout dysfonctionnement technique.
Les bénéfices les plus importants de la pompe sont :

  • La possibilité d’ajuster plus précisément l’administration basale de l’insuline aux besoins de chacun qui peuvent être différents d’un moment à l’autre de la journée (personnalisation avec possibilité de régler plusieurs plages horaires avec des débits de base différents). Souvent, il existe une moindre variabilité des résultats glycémiques et une couverture satisfaisante des besoins en insuline basale sur l’ensemble de la journée. La possibilité de réduire l’administration du débit de base sur une période de temps, en cas d’activité physique par exemple, afin de limiter le risque d’hypoglycémie en cas d’activité physique.
  • La facilité de réaliser des bolus de correction en fonction de la glycémie, un bolus supplémentaire en cas d’extra alimentaire et la discrétion de réalisation dans la vie courante (qualité de vie)
  • Amélioration de la qualité de vie avec moins d’injections : un cathéter inséré tous les 3 jours environ au lieu de 4 à 5 injections quotidiennes.
  • Certaines alertes disponibles sur les pompes peuvent être utiles à certaines, comme l’alerte « bolus oublié » ou le « rappel glycémie post prandiale »

Les inconvénients essentiels sont :

  • La nécessité d’avoir la pompe sur soi en permanence (même si elle est miniaturisée). Une reprise temporaire des injections est bien sûr possible dans certaines circonstances et pour qui le souhaite, pendant les vacances par exemple (utilisation du schéma de remplacement de la pompe).
  • L’importance de rester vigilant et réactif en cas d’hyperglycémie ponctuelle afin de détecter précocement toute interruption de la perfusion d’insuline secondaire à un incident technique et d’y pallier.